Parcours des anciens

Après le DSAA, certains de nos étudiants poursuivent leurs études à l’université (par exemple le master MMi à Paris 1, le master CEN à Paris 8), dans des écoles d’art et de design (Arts décos, Design academy d’Eindhoven, Master design à Londres) ou au master jeux vidéos et transmedia des Gobelins avec lequel le DSAA noue des liens privilégiés.
D’autres préfèrent travailler directement, en agence ou en studio ou encore en free-lance, comme DA, creative technologist, motion designer ou UX designer.
Certains ont poursuivi une voie d’illustrateurs, travaillent pour la presse, sont exposés et éditent leurs premiers ouvrages.

Voici quelques parcours d’anciens du DSAA, depuis la première promo (2013), racontés par eux-mêmes.

DA

Blandine Hertzog

Mastère spécialisé en jeux vidéo et design interactif à Gobelins x CNAM ENJMIN, et en ce moment en alternance chez TBWA\Paris pour ma part.

Graphiste

Juliette Roussel

Après le DSAA j’ai rejoint le master 2 MMI à La Sorbonne. Plutôt web UX/UI mais très formateur c’est un master professionnel. Projets de groupe en collaboration avec des étudiants d’horizons très divers et spécialisés dans le dev, les médias, l’UX, etc… Aujourd’hui je fais un stage plutôt tourné design de service et pédagogie active à l’Agence Indivisible.

DA

Anaëlle Gobé

Après le DSAA j’ai fait 4 mois de freelance à mon ancien stage, Toolbox, un studio de design/branding puis 6 mois à New York à Paperwhite Studio (également design/branding) et depuis octobre je suis embauchée par Toolbox qui a déménagé à Dubaï.

Game Designer

Eva Abollivier

Après le DSAA, je suis allée à L’ENJMIN pour passer un Master jeux et médias interactifs numériques, spécialité Game Design (2 ans). C’est une super école qui a aussi l’avantage de fournir la seule formation publique de France aux métiers du jeu vidéo. Depuis 2 ans, je travaille en tant que Game Designer dans une start up à Paris sur un projet de MMO.

free-lance

Océane Enfer

A la sortie du DSAA, j’ai intégré un M2 d’expertise en sémiologie et communication à la Sorbonne (Paris V). Histoire de réfléchir davantage aux choix visuels/textuels que l’on peut faire – Le pourquoi du comment. Concrètement, c’est de l’analyse : quel impact ca va avoir d’utiliser du jaune, d’utiliser tel mot ou tel typographie. Essayer de comprendre le sens des choses, pour y donner encore davantage de sens.
J’ai terminé cette formation début février 2018 et j’ai été ensuite embauchée en freelance à temps plein chez Gédéon, qui me forme également au motion design.

étudiante

Louise Perreaudin

Mon diplôme de DSAA sous la bras, j’ai décidé de compléter mon parcours par une année à la fac : j’ai donc intégré le M2 Création et Édition Numériques de l’université Paris 8. Mon but était de profiter de cette année pour tenter la grande aventure de l’alternance, afin que la transition études-monde impitoyable du travail se fasse en douceur. Depuis septembre, je travaille donc en tant que directrice artistique junior dans une agence de marketing d’influence digitale. Je touche à plein de domaines, du print (invitations, menus, cartes de visites, carte de voeux, illustrations…) au web (je m’occupe du site internet de l’agence) en passant par la vidéo ! À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai terminé les cours et je suis à temps plein : il ne me reste que mon rapport d’alternance à soutenir en septembre prochain. La fac m’a permis de m’initier aux différentes techniques liées à la VR, et j’ai surtout pu travailler avec des étudiants aux profils différents du mien (développeurs et éditos), ce qui a été très enrichissant ! Mon mémoire de groupe portait sur les enjeux de la réalité virtuelle pour les institutions culturelles patrimoniales dans le champ de la médiation culturelle, ce qui nous a permis de travailler en collaboration avec la BNF. Cela a été une expérience très intéressante qui a donné lieu à un prototype testable sur casque Homido et qui sera repris par des étudiants du M1.

graphiste

Clémence Boulay

Suite au DSAA, j’ai intégré le Master 2 Création et Édition Numérique de Paris 8. Le but était de pouvoir à la fois poursuivre des projets en freelance, rencontrer des personnes et avoir la possibilité de rentrer facilement dans le monde professionnel. Lors de cette année de master, j’ai réalisé deux mémoires (l’un sur l’interaction au théâtre, et l’autre sur le métier émergeant de packageur éditorial) et effectué un stage de 6 mois au Bureau des Affaires Graphiques. Je souhaitais renouer avec l’objet papier et intégrer une agence à taille humaine pour mettre à profit ma formation de créateur-concepteur en ayant une voix qui compte, pour acquérir des responsabilités et pour avoir un relationnel avec les clients et les collaborateurs. Ce stage m’a permis de faire de belles rencontres, de m’épanouir professionnellement, d’exprimer ma passion et de réaliser de très beaux projets dans le milieu de l’édition (livres, jeux de société, affiches) ! Depuis juillet, je fais officiellement partie de l’équipe et continue de mener de fantastiques projets à l’agence.

DA

Léa Danneyrolles

Après le DSAA j’ai fait un master 2 à Paris 8 en Création Édition Numérique en alternance. Le principe de ce master est de regrouper chefs de projets, graphistes et développeurs et de réaliser des projets ensemble. La partie projet pro était sympa, surtout que j’ai eu de la chance et je suis tombée sur une année durant laquelle on a fait un partenariat avec le théâtre Nanterre-Amandiers et on travaillait beaucoup autour du spectacle vivant (mon mémoire était sur les corps médiatisés au théâtre). Par contre j’ai trouvé que côté théorie ça partait un peu dans tous les sens. Après ça, j’ai eu l’opportunité d’avoir un CDI pour un poste de D.A dans la boîte dans laquelle j’étais en alternance (pôle press and design). Et j’y suis toujours : super ambiance, équipe qui s’est agrandie et j’ai eu une formation approfondie en motion design et Animate cette année.

DA

Manon Tardif

Après le DSAA, le Mastère spécialisé jeux vidéo et design interactif à Gobelins x CNAM ENJMIN en alternance à l’agence de com Ogilvy, j’y suis toujours en tant que DA (principalement social/digital/activations).

Product Designer

Nicolas Dufort

Après le DSAA, j’ai fait le Mastère spécialisé jeux vidéo et design interactif à Gobelins x CNAM ENJMIN en alternance. Suite à quoi je suis resté dans la même boîte depuis et je suis donc maintenant Product Designer chez Air Liquide, au pôle digital.

Product Designer

Lorry Packo

Après le DSAA j’ai fait le Mastère spécialisé jeux vidéo et design interactif à Gobelins x CNAM ENJMIN en alternance chez Lalilo (start-up) en tant que Product Designer. Je suis par la suite restée en CDI puis j’ai quitté la boite l’été dernier pour voir du neuf. J’ai passé 6 mois à me reformer sur l’UI Design / UX Design, accessibilités, animations web etc. Je suis aujourd’hui toujours en recherche en tant que Product Designer en start-up.

http://lorrypacko.fr/

DA

Malik Amzal

Suite au DSAA, j’ai intégré le MASTER Design d’interface, multimédia et internet (Paris XIII). La formation n’a pas su combler mes attentes (redite avec le DSAA en moins approfondi), j’ai préféré prendre mon envol tel une chenille devenue un papillon et me concentrer sur le freelance. C’est ainsi que j’ai découvert l’agence belazar pour laquelle j’ai travaillé tour à tour en tant que free > CDD > CDI (amen) sous la douce appellation de Directeur Artistique Junior, sur une période de 2 ans. Mais étant un papillon aimant la nouveauté, j’ai quitté l’agence le 28 février et pour le moment, je remplis des formulaires pour l’inscription Pôle Emploi et je réalise des petites missions en freelance le temps de souffler et revenir sur les devants de la scène. C’est tout pour le moment ! Merci d’avoir pris le temps de lire mon histoire.

🙂

Portfolio

DA

Elsa Bernard

Après le DSAA j’ai fait une année de recherche dans le master 2 Design, Médias, Technologie à Paris 1 Panthéon Sorbonne. Très intéressant pour ceux qui souhaitent approfondir un sujet en toute autonomie. Mais c’est un master très théorique, forcément. Il est tout de même en partenariat avec l’Ensci donc dans ce cadre on avait quelques projets de création. Suite à ça j’ai fait un stage chez Réciproque, une agence d’ingénierie culturelle qui conçoit des interfaces numériques pour les musées. Aujourd’hui je suis la DA de l’agence !

DA et graphiste

Margot Coffineau

Après le DSAA j’ai rejoint la deuxième année de Master Design d’Interface Multimédia et Interactive à Paris 13. Je ne recommande pas du tout, je n’ai pas fini l’année, le niveau était très faible comparé au niveau du DSAA donc pas très intéressant. Après ça j’ai fait de la free-lance pendant 3 ans avant de partir au Canada. Je suis directrice artistique/graphiste pour Denman Digital, une agence web à Vancouver, depuis 2 ans.

UX/Ui

Elodie Guth

Suite au DSAA, j’ai fait un Master 2 Multimédia Interactif à Paris 1. Cette année a été une bonne transition avec le monde pro à mon sens, puisqu’on a travaillé sur des projets réels, la classe étant composée de différents profils (UX, DA, développeurs, Chefs de projets, …). Après, j’ai fait un stage de (presque) 6 mois chez Havas Digital Factory, et enfin, ENFIN j’ai rejoint la vie pro, la dure, la vraie (à noter que j’ai d’abord pris un bon mois de vacances. Méritées hein. Puis je me suis inscrite chez Pôle Emploi (COUCOU MALIK). Et LÀ j’ai fini par la rejoindre.) J’ai travaillé quelques mois en Free, notamment sur un projet d’affiche pour un festival de musique (24ème édition de Décibulles), ou encore en tant que DA / Motion Designer chez Opixido. Enfin, j’ai décroché mon poste actuel : un CDI en tant qu’UX/UI (oui, j’aime bien changer) chez Proximity BBDO (Boulbi me manquait). Je garde encore quelques projets personnels en tête (environ 527, dont 60% comprenant une incrustation sur fond vert) que j’espère bien réaliser à un moment ou à un autre, et pour la suite on verra ; « Carpe diem » comme on dit, force et honneur, tout ça tout ça.

DA et free-lance

Magali Monné

Le DSAA en poche je me suis tournée vers une formation aux Gobelins qui s’appelait à l’époque Mastère Jeu Video et Transmédia. C’est une formation intense avec des intervenants très interessants, et oú on a l’occasion de travailler avec des profils variés (majoritairement des programmeurs, mais aussi des chefs de projets, des sound designers…). J’ai effectué cette formation en alternance dans l’entreprise oú j’avais effectué mon stage de DSAA, Conde Nast France (groupe d’édition de magazines dont Vogue). Ils m’ont par la suite embauchée en tant que DA dans l’équipe Brand Content & OPS (un nom compliqué pour expliquer qu’on crée du contenu pour des marques). C’était une aventure très enrichissante mais j’étais frustrée en terme d’innovation et de technique. Du coup j’ai pris mes clis et mes clacs et je suis actuellement un parcours pro du site OpenClassRoom en développement web pour deux mois. Et je continue bien sur à faire un peu de free à côté 🙂

Portfolio

Motion Design et 3D Graphic Designer

Pierre-Sylvain Raoux

J’ai fait le MMI Sorbonne, ce n’était pas une formation faite pour moi, trop de Web et pas assez de vidéos/motion design… par contre si vous voulez faire du Web UI/UX design c’est top, c’est un master pro donc très formateur.

J’ai fait un stage de fin d’études chez D/Labs et depuis j’y suis toujours… J’y fais de la création de décors numériques pour du spectacle vivant et de la TV. Sinon je pousse des flights cases et je branche des câbles.

DA

Romain Belleville

À cette époque, le DSAA proposait une formation en alternance. À la recherche de concret, j’ai sauté dessus et me suis débrouillé pour me faire embaucher chez TBWA\Paris dans le pôle design graphique de l’agence. À la sortie du DSAA, ils ont donc bien voulu me garder ! En parallèle, j’étais freelance et me suis occupé entre autre de l’identité et de la communication du Festival « Cabourg, mon Amour » pendant 2 ans, avant de passer la main à Jean Jullien. Fin 2016, j’ai décidé de voler de mes propres ailes et me suis associé avec un ami, DA aussi, pour créer notre propre agence de design graphique : Midi:Quinze. Nous faisons de l’identité visuelle, du packaging, charte graphique, édition, site web, app, shooting photo & vidéo… Full-service donc, pour des petites et des grosses marques. Comment ça se passe ? Sous le soleil exactement !

freelance, membre du collectif Ne Rougissez Pas!

Maryam Douari

À la sortie du DSAA, j’hésite un peu et me décide à faire un petit détour par la fac, je m’inscris en master Coopération Artistique Internationale, à Paris 8. Le rythme de la fac me permet d’écrire un mémoire, voir des expos, voyager, lire des bouquins, mais pas trop de manger, donc je crée mon statut de freelance et je travaille en parallèle pour l’agence Belazar et pour d’autres clients ponctuels. Ensuite, coup de foudre; je fais la rencontre du collectif Ne Rougissez Pas! que je m’empresse de rejoindre d’abord en service civique, puis en freelance, puis en salariée (bientôt). Je me sens à ma place dans cette épopée faite de gens, d’art et de désirs. Là-bas, je suis à la fois graphiste, animatrice, organisatrice, bricoleuse, webdesigner, community manager, documentariste, paradoxalement totalement mono-tâche et bien sûr rêveuse et curieuse, ça me permet d’explorer de temps à autre des pratiques liées à l’installation et à la conception de dispositifs interactifs.

PS: à Boulbi aussi c’est une aventure faite de gens, d’art, et de désirs, et ça c’est bienbien.

graphiste free-lance

Pascaline Liard

Après le DSAA j’ai eu envie de continuer les études pour faire le Master Multimédia Interactif de Paris 1 Panthéon Sorbonne, ce fut très enrichissant, en 6 mois nous avons travaillé avec Univers Sciences, le CNAM, le CNRS, la Gaité Lyrique etc. J’ai ensuite fait un stage de fin d’étude chez Reciproque, une agence d’ingéniérie multimédia dédiée aux installations dans les musées où j’étais la seule graphiste, nous avons travaillé pour la médiathèque de Deauville, la Maison de la Radio, le Ministère de la Culture, la fondation Louis Vuitton… Ensuite j’ai déménagé en Auvergne pour me mettre au vert et me suis mise en freelance. Je travaille principalement pour des associations dans le monde du jeu, de l’enfance et du numérique.

Portfolio

graphiste et illustratrice free-lance

Clarisse Lochmann

Après le DSAA je suis partie à Barcelone et y ai travaillé comme graphiste en tant que salariée pour un groupe de restaurants et pour une agence de signalétique française implantée en Espagne. En parallèle, je travaillais en freelance pour une compagnie de théâtre (j’ai connu cette compagnie car l’agence dans laquelle j’ai fait mon stage de DSAA était logée dans ce théâtre). Ca m’a plu de travailler en indépendante et j’ai eu envie de développer cette autonomie. Depuis, je suis rentrée en France et tente de mêler illustration et graphisme! 🙂

Portfolio

graphiste / UI-UX designer

Solène Malarmey

Après le DSAA j’ai fait un arrêt par la case Master en alternance (en marketing digital) pour voir ce que ça donnait. J’ai fait un an en temps que graphiste/chargée de communication, avant d’enchaîner sur plein de postes hybrides en intérim : graphiste/assistante, graphiste/attachée de presse… Avec ces expériences en poche, j’ai pu passer six mois en tant que freelance dans une start-up (dans le domaine des médecines douces) comme webdesigner. Je comptais dépenser mon argent en voyages après la fin de mon contrat mais j’ai eu une super opportunité dans une boîte d’événementiel pour faire un peu de tout : print, webdesign et UI-UX sur les nouveaux projets d’applis de la boîte. Et à côté de ça je fais du freelance parce qu’il semblerait que j’ai trop de temps libre.

DA, graphiste

Hélène Taïeb

En sortant du DSAA, j’ai vite travaillé : d’abord comme freelance chez OMY puis depuis 2016 chez Sampleo, une entreprise de marketing collaboratif. J’y ai découvert la prise de responsabilité, étant la seule graphiste. Création de leaflets explicatifs pour des marques, développement de notre charte graphique à travers les supports web et print: c’est un boulot assez polyvalent car je bosse pour des marques, comme en agence, mais je développe également notre propre identité, donc ==> cool !

DA

Alexane Querec

À la fin du DSAA, je me sentais pas d’attaque à rentrer dans le monde professionnel alors j’ai décidé d’enchaîner sur un Master 2 CEN à Paris 8 (création et édition numérique) où j’ai pu faire un stage de 6 mois à Montréal dans une agence de design interactif. C’était très enrichissant, j’ai pu me faire un book de fou ! De retour en France, je rentre à Rennes où je signe un CDI dans une start-up dans le médical (poste pluridisciplinaire : graphisme, illustration, gestion de contenu) bref… Je suis partie au bout d’un mois pour démarrer une nouvelle aventure à l’agence Yam où je fais essentiellement de l’identité visuelle pour des créateurs d’entreprise. Donc, super ! Je continue à faire du freelance à côté pour m’amuser le soir 🙂

free-lance (Graphisme / Web / Motion)

Morgane Weissenbacher

Destination Montréal après le DSAA, où j’ai travaillé chez Graphic eMotion, agence concevant des installations interactives multimédia immersives. Là-bas, au Canada ils sont très friands des installations de grandes envergures. De retour en France après une année glaciale, j’ai été embauchée en tant que graphiste digitale (en charge du web et motion ) au sein d’une petite agence Blend que j’ai quitté un an après pour me lancer en freelance. (J’avais déjà le statut depuis la sortie du DSAA). Depuis donc 2015, je suis totalement en freelance, je cumule autant de projets poncutels, que de contrats réguliers.

Portfolio